Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 21:25
La remarquable étude du CNRS à propos de l'évolutionnisme et du créationnisme

http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosevol/decouv/articles/chap1/lecointreInter.html, aussi complète soit-elle, n’aborde pas la question de savoir pourquoi les créationnistes sont manifestement imperméables à toute argumentation rationnelle et scientifique.

Il est vrai qu’à notre échelle moins que centenaire, il est difficile, et même quasi impossible, de se représenter une durée aussi longue que des millions d’années et donc le temps qu’il a fallu pour que la vie apparaisse à la suite de la chute d’un météorite, qu’elle se diversifie et quelle évolue, par adaptations et mutations successives et aléatoires jusqu’à l’être humain.

A fortiori, on peut comprendre que les prodigieuses capacités du cerveau humain paraissent inconcevables à certains sans l’intervention (ex nihilo , ? !) d’un « grand architecte » anthropomorphique et « créateur de l’homme à « Son » image ».

 

La croyance créationniste, comme réponse immédiate et sécurisante à l’incertitude et aux lacunes actuelles des sciences, est d’autant plus compréhensible que, comme l’a dit avec raison, le pasteur évangélique Philippe HUBINON à la RTBF, :

« S’il n’y a pas eu création, tout le reste s’écroule ! ». En effet, après l’âge d’environ 25 ans environ, il devient rare, voire impossible, d’encore parvenir à remettre en question ses options fondamentales, sans doute pour ne pas se déstabiliser, ou alors par orgueil. Certes « la science est tout simplement non intentionnée. Pour autant, elle n’est peut-être pas dénuée de conséquences vis-à-vis de la philosophie ».

En effet, les observations des neurosciences, en particulier, loin de chercher à prouver l’inexistence de dieu, tendent néanmoins, me semble-t-il, à prouver son existence imaginaire et illusoire.

 

Il ne faut évidemment rien attendre, si ce n’est a contrario, de certains pseudo scientifiques canadiens, largement financés par la Fondation Templeton, pour qu’ils parviennent à prouver scientifiquement l’existence de dieu !. C’est ainsi que, pour conforter sa propre croyance, Mario BEAUREGARD notamment, a sérieusement cherché dans le lobe temporal droit  l’antenne, le récepteur que dieu y aurait placé pour recevoir sa « Révélation »   . !  Non seulement il a dû reconnaître qu'il n'y en a pas, puisque tout le cerveau est concerné par l’attitude religieuse, mais il occulte totalement l'influence éducative et culturelle de l’éducation religieuse. Et pour cause puisqu’ il en a lui-même été une victime (inconsciente) ...

 

Est-il possible d’émettre des hypothèses explicatives, fussent-elles définitivement très partielles, sur l’origine et la fréquente persistance de la foi, même chez des scientifiques, par ailleurs souvent éminents ? Il n’est bien sûr pas question de vouloir simplifier ou réduire l’extraordinaire complexité du psychisme humain, et en particulier le phénomène religieux, à des « mécanismes » psycho-neuro-physio-génético-cognitivo-éducatifs. Mais cette nouvelle approche permet déjà, à mes yeux, de relativiser la part de  liberté individuelle.

Comme l’a écrit le neurobiologiste Henri LABORIT : " (...) Je suis effrayé par les automatismes qu'il est possible de créer à son insu dans le système nerveux d'un enfant. Il lui faudra, dans sa vie d'adulte, une chance exceptionnelle pour s'en détacher, s'il y parvient jamais.(...) Vous n'êtes pas libre du milieu où vous êtes né, ni de tous les automatismes qu'on a introduits dans votre cerveau, et, finalement, c'est une illusion, la liberté  !  ». Finalement, ce qui importe, ce n’est pas tant CE que l’on pense, mais POURQUOI on le pense.

 

C'est un fait d’observation sociologique : statistiquement, la liberté de croire ou de ne pas croire est souvent compromise, à des degrés divers, par l’imprégnation de l’éducation religieuse familiale, forcément affective puisque fondée sur l’exemple et la confiance envers les parents, et confortée par l’influence d’un milieu culturel, unilatéral puisqu’il exclut toute alternative laïque non aliénante et qu’il incite, à des degrés divers, à la soumission à une Vérité exclusive et dès lors intolérante.  L’éducation coranique en témoigne hélas à 99,99 %.

 

La soumission religieuse s’explique : comme l’avait déjà compris Desmond MORRIS, en 1968, dans « Le Singe Nu », Richard DAWKINS estime, dans « Pour en finir avec dieu », que du temps des premiers hominidés, le petit de l’homme n’aurait jamais pu survivre si  l’évolution n'avait pas pourvu son cerveau tout à fait immature de gènes le rendant dépendant, et totalement soumis à ses parents (et donc plus tard à un dieu … !).

 

Dès 1966, le psychologue-chanoine Antoine VERGOTE, alors professeur à l’Université catholique de Louvain, a montré, sans doute à son grand dam, qu’en l’absence d’éducation religieuse, la foi n’apparaît pas spontanément, et que la religiosité à l’âge adulte en dépend. Son successeur actuel, le professeur Vassilis SAROGLOU, le confirme. Ce nouveau mécanisme de défense, animiste du temps des premiers hominidés, n’est apparu que grâce à la capacité évolutive du seul cortex préfrontal humain, à imaginer , grâce au langage et par anthropomorphisme, un « Père protecteur, substitutif et agrandi » , fût-il de nos jours qualifié rationnellement de « Présence Opérante du Tout-Autre »,(A. Vergote).

 

Comme on pouvait le prévoir, des neurophysiologistes ont constaté que chez le petit enfant, alors que les hippocampes (centres de la mémoire explicite) sont encore immatures, les amygdales (celles du cerveau émotionnel) sont déjà capables, dès l’âge de 2 ou 3 ans, de stocker des souvenirs inconscients (donc notamment ceux des prières, des cérémonies, des comportements religieux des parents, …, sans doute reproduits via les neurones-miroirs du cortex pariétal inférieur. Ces « traces » neuronales, renforcées par la « plasticité synaptique », sont indélébiles …

L’ IRM fonctionnelle confirme que le cortex préfrontal et donc aussi bien l’esprit critique que le libre arbitre ultérieurs s’en trouvent anesthésiés à des degrés divers, indépendamment de l’intelligence et de l’intellect, du moins dès qu’il est question de religion.

 

On comprend que, dans ces conditions, certains athées comme Richard DAWKINS, ou certains agnostiques, comme Henri LABORIT, au risque de paraître intolérants, aient perçu l’éducation religieuse précoce, bien qu’a priori sincère et de « bonne foi », comme une malhonnêteté intellectuelle et morale. Bien que les religions, et a fortiori leurs dérives (guerres religieuses, inégalité des femmes, excisions, …) soient plus nocives que bénéfiques à tous points de vue, il va de soi que la foi restera toujours un droit élémentaire, mais d’autant plus respectable qu’elle aura été choisie en connaissance de cause, plutôt qu’imposée.

 

Michel THYS à Waterloo.  michelthys@base.be     http://michel.thys.over-blog.org

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by mithys
commenter cet article

commentaires

avraidire 04/02/2010 01:49


« En fait, l’évolutionnisme est devenu, dans un sens, une religion scientifique, presque tous les scientifiques l’ont acceptée et beaucoup sont prêts à « fléchir » leurs observations afin de faire
corroborer la théorie. »

H. Lipson (physicien)

« La théorie darwinienne de descendance n’a pas un seul fait dans le règne naturel pour la confirmer. Elle n’est pas un résultat de la recherche scientifique, mais simplement un produit de
l’imagination. »

Dr Fleischman (zoologue)

Comment distinguer mythe et vérité scientifique lorsque tant affirment ces « faits incontestables de l’évolution » et les opposent aux « fantaisies créationnistes » ?

« Il ne faudrait pas confondre l’observation scientifique de faits incontestables avec des hypothèses, voire des conclusions, d’apparence scientifique, mais qui sont imaginées pour conforter une
croyance. »

Michel Thys (athée)

Qu’en est-il en vérité ?

On s’imagine que la recherche scientifique se base sur l’accumulation de faits objectifs et indubitables, sur lesquels sont formulées des théories bien fondées, prouvées par des preuves
justifiables. C’est ce qu’elle devrait être, malheureusement ce n’est pas le cas.

AVANT LE DELUGE

Première partie

Avant le déluge, la preuve par les fossiles



Genèse 2 4Voici les origines des cieux et de la terre, quand ils furent créés.

5Lorsque l’Éternel Dieu fit une terre et des cieux, aucun arbuste des champs n’était encore sur la terre, et aucune herbe des champs ne germait encore: car l’Éternel Dieu n’avait pas fait pleuvoir
sur la terre, et il n’y avait point d’homme pour cultiver le sol.

6Mais une vapeur s’éleva de la terre, et arrosa toute la surface du sol.”

Vue de l’espace, la Terre devait avoir une configuration différente de celle d’aujourd’hui. Tout d’abord, il n’y avait pas de nuages, donc la planète était encore plus bleue et verte en raison des
forêts et des océans qui se voyaient clairement. Avec un climat doux, il n’y avait pas de neige, ni de calotte polaire, ni de désert. Une végétation luxuriante couvrait les terres, même dans les
régions polaires, puisque on a découvert d’importants dépôts de houille dans l’Antarctique. La forme, l’emplacement et la superficie des océans devaient aussi être différents, puisque des terres,
faisant partie des continents d’aujourd’hui, étaient, avant le Déluge, enfouies sous l’eau.

Il faut noter que les conditions atmosphériques avant le déluge étaient aussi différentes. Aux jours de Noé il n’avait encore jamais plu et la terre était enveloppée d’une couche de vapeur, appelée
“rakijah” en Genèse 1:6, traduit par “voûte” en Français. Quand Noé entra dans l’Arche et que Dieu ferma la porte derrière lui, alors les bassins océaniques furent soulevés et le “rakijah”
s’effondra.

La Bible nous dit que les montagnes étaient différentes avant le Déluge. Sans doute les montagnes antédiluviennnes étaient elles moins élevées. Si la surface de la Terre aujourd’hui était plate,
elle serait recouverte de plus de 3600m d’eau. Le relief de la Terre tel que nous le connaissons a été formé après le Déluge.

Les bassins océaniques actuels sont bien plus profonds que ceux qui existaient avant le Déluge, puisque Dieu les utilisa comme réservoir pour accueillir les eaux provenant à la fois des “fontaines
du grand abîme” et des “écluses des cieux”. A la fin du Déluge “les vallées s’abaissèrent” et les montagnes s’élevèrent” (Psaume 104 6:9)

Avant que les énormes couches sédimentaires, s’étant déposées lors du Déluge, aient eu le temps de se solidifier, elles ont été élevées considérablement ( à certains endroits à plusieurs kilomètres
de hauteur). Toujours élastiques dans leur consistance, ces couches ne se sont pas brisées, mais se sont inclinées et se sont déformées parfois comme les pages d’un épais catalogue. Ce qui explique
bien que certaines formations géologiques ne sont pas apparues durant des millions d’années mais de façon très soudaine.

Les fossiles géologiques ne témoignent pas de processus évolutifs mais parlent plutôt en terme de mort et d’ensevelissement soudain dus aux phénomènes complexes lors du Déluge. Les veines de
charbon et les poches pétrolifères formées par une végétation luxuriante, et dans le cas du pétrole, avec les restes des créatures marines, suggèrent que la végétation et toute la vieabondaient
grandement à la surface de la Terre avant le Déluge. La grande épaisseur de dépôt de calcaire et de craie fait penser que les mers fourmillaient d’innombrables créatures.

Seule une inondation universelle et soudaine peut expliquer l’existence de la vaste quantité de fossiles que l’on trouve. Normalement, un grand nombre d’oiseaux et d’animaux terrestres ne peuvent
se fossiliser car ils vivent, meurent et se décomposent loin de l’eau. Et que dire des poissons et autres animaux marins fossilisés, quand ils meurent ne sont ils pas aussitôt mangés par les
charognards? Seulement un énorme flot de boue explique comment des millions de poissons se sont trouvés ensevelis alors qu’ils nageaient encore. Et que dire du fossile “poisson dans le poisson”. Ce
fossile représente un gros poisson en train d’en avaler un plus petit. L’uniformiste ne donne et ne peut donner une explication à cela, pour lui c’est une anomalie inexplicable. Et pourtant elle
existe bien, et qui plus est elle corrobore le récit biblique jusqu’à la perfection.


Leynx 15/12/2009 22:51


@ Michel Thys

Bonne intervention sur le site de Merlin. Je ne suis pas sur que beaucoup de personnes meme eduquees aient compris le texte.

Article interessant auquel je rajouterai une idee, un peu hors propos et hors contexte et adaptee a ma sauce du socciologue Bourdieu: " Il faut casser les / ses idoles"


Michel THYS 27/11/2009 10:36


Réponse à Christophe FORNES.

Merci de conforter involontairement ma thèse … !
Il ne suffit pas de me retourner ma question pour que la vôtre soit pertinente.
J’y réponds néanmoins.
En effet, si les évolutionnistes ne sont pas « sensibles » aux « arguments » créationnistes, c’est parce que ce ne sont pas des arguments mais des croyances.
Le fait - et non plus la théorie - de l’Evolution n’a pas été « réfuté » et ne le sera logiquement jamais. Pour qu’il le soit, il faudrait un élément nouveau, une preuve objective et
scientifiquement reproductible d’une intervention divine … Les « preuves subjectives » ne suffisent pas …

Certes, on n’expliquera jamais la totalité des mécanismes bio-physico-chimiques qui, en des milliards d’années, par essais et erreurs successifs et aléatoires, ont été à l’origine des innombrables
formes de vie, et de leur évolution pour s’adapter à l’environnement.
Certes, il y aura toujours des « chaînons manquants » vu le temps écoulé et les bouleversements climatiques intervenus, mais la compréhension de ces mécanismes est déjà largement suffisante, parce
ce que les explications sont convergentes. Encore faut-il accepter d’en prendre connaissance sans préjugés, à l’instar Louis PASTEUR qui laissait ses convictions au vestiaire avant d’entrer dans
son laboratoire. Je vous suggère par exemple de lire « Qu’est-ce l’Homme » ? » de Luc FERRY et Jean-Didier VINCENT.

La « pensée unique », est la caractéristique des religions. Pas des sciences qui, en effet, ne cherchent pas à prouver quoi que ce soit.
Ce sont les créationnistes qui font preuve de « terrorisme intellectuel » puisqu’ils exploitent scandaleusement l’absence d’esprit critique et d’informations scientifiques des jeunes pour tenter de
les convaincre que la « théorie » créationniste est aussi valable que la « théorie » évolutionniste ! Et ils y parviennent évidemment lorsqu’ils s’adressent à des jeunes qui ont été conditionnés
par leurs parents à la soumission religieuse. C’est du relativisme !
Tout ne se vaut pas ! Deux « vérités » contradictoires ne peuvent pas coexister selon le point de vue : l’une d’elles doit être fausse.

Si certains jeunes se suicident, c’est parce que les religions, toutes convaincues de détenir LA seule « Vérité », occultent évidemment toute possibilité de leur proposer une vision pluraliste, non
prosélyte et non aliénante du monde., ce qui les prive ipso facto de donner un sens laïque et humaniste à leur existence. Certes, pour les croyants, l’ « évangile » constitue une source
d’espérance, de réconfort, etc … Tant mieux pour eux., du moins tant qu’ils ne réalisent pas qu’il s’agit, comme la torah et le coran, d’écrits apocryphes et manipulés au cours des siècles pour
dominer les humains …

Dans nos régions, l’adhésion à l’Evolutionnisme était déjà largement acquise et enseignée dès les années cinquante, par exemple dans l’enseignement officiel belge. Ce n’est que lorsque le
créationnisme américain ou turc a tenté de s’imposer en Europe (cf « l’atlas de la création ! »), avec « acharnement » et prosélytisme, que les évolutionnistes ont dû se défendre. N’inversez pas
les rôles !
Le « dessein intelligent » n’est qu’une tentative de manipulation mentale, un synonyme de « créationnisme » pour tenir compte des données scientifiques. L’un et l’autre impliquent en effet
l’intervention d’un « être suprême ». Il est vain de chercher à prouver la validité de la croyance créationniste par de pseudo théories émanant de « scientifiques » évidemment croyants.
Vos commentaires confirment mon interprétation psycho-neuro-physio-génético-éducative de la sensibilité religieuse.
C’est pourquoi je ne cherche pas à vous convaincre. Ce serait d’ailleurs impossible puisque mes arguments rationnels se heurtent à l’imperméabilité de votre cerveau émotionnel, que, néanmoins, je
respecte sincèrement, tout comme votre droit légitime de croire (mais pas celui de chercher à imposer des croyances à des jeunes !).

Bien à vous,
Michel THYS


fornes 26/11/2009 21:53


Tu as écrit :

http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosevol/decouv/articles/chap1/lecointreInter.html, aussi complète soit-elle, n’aborde pas la question de savoir pourquoi les créationnistes sont manifestement
imperméables à toute argumentation rationnelle et scientifique.

Ce à quoi je répond : pourquoi les évolutionnistes sont manifestement imperméables à toute argumentation rationnelle et scientifique en provenance des créationnistes et pourquoi ils se servent du
darwinisme (réfuté depuis belle lurette) pour imposer leur conception antéchrist du monde ?

Les arguments de la théorie synthétique de l'évolution n'ont qu'une valeur relative et non pas absolue comme le prétendent les lobotomiseurs de masse de la pensée unique.

Pourquoi le terrorisme intellectuel est-il nécessaire et tourne-t-il à bloc quand il s'agit d'évincer tout créationniste et d'étouffer tout argument contraire à cette théorie de mort qui a les
germes de la mort en elle même et constitue une peste mortelle pour la foi des enfants qu'elle scandalise massivement.

Ainsi, des jeunes se suicident ou se perdent dans la débauche alors que l'Évangile pourait les sauver et leur donner une vie meilleure !

A quoi sert cet acharnement thérapeutique de la théorie de l'Evolution ?

A protéger "l'évolution" de "l'intelligent design" qui finira pas s'imposer via le concept de complexité irréductible de Behe.

Ainsi soit-il c'est ainsi que se traduit Behe. Qu'il en soit ainsi pour que rougissent de honte les évolutionnistes en folie :

"l'insensé dit en son coeur il n'y a pas de Dieu... " Cela ne date pas d'hier, puissent-il être moins nombreux demain !


miteny 02/11/2009 12:29


Vraiment n'importe quoi!

Ce ramassis de bêtises s'écroule face à l'argumentation simple de dieuexiste.com !!!