Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 15:07

 

« BENOIT XVI et OBAMA : la religion, de facteur de conflit à facteur de paix ». 28 août 2009.

 

Les religions, facteurs de paix ? !

 

Il y a de quoi en douter : l’histoire et l’actualité ne cessent de témoigner du contraire …

OBAMA ne tardera pas à comprendre que « rassembler la pluralité (des religions) dans l’unité » est contradictoire avec leur volonté d’imposer chacune leur Vérité exclusive …

 

Le philosophe H. HUDE semble en être resté à l’époque où les Lumières vouaient quasiment un culte à la Raison. « S’il n’y a pas de valeur absolue, cela même devient une valeur absolue » ! Cet apparent paradoxe jésuitique vise évidemment à contester le droit de chaque individu à se forger sa propre « vérité », partielle et provisoire. Ce qui n’implique aucun relativisme : toutes les valeurs ne se valent pas, toutes ne sont pas universalisables, c’est-à-dire humanistes et donc bénéfiques à tous.

 

La « liberté religieuse » ne résulte pas, ex nihilo, de textes constitutionnels, mais seulement de conditions éducatives pluralistes permettant de croire OU de ne pas croire …

Or, actuellement, la foi n’est pas librement choisie en connaissance de cause, à partir d’une information minimale, objective et non prosélyte, à la fois sur les options religieuse s ET sur les options laïques. Au contraire, la foi est imposée dès l’enfance, à des degrés divers selon les religions. Toutes et tous ne s’en affranchissent pas, loin s’en faut  …

Contrairement à ceux qui la leur ont imposée, les croyants n’ont donc pas à se « culpabiliser » de leur foi.

 

Conformément à l’article 18 de la Déclaration Universelle des Droits Humains de 1948, ils devraient avoir la  possibilité de changer de religion ou, au contraire, de choisir le déisme, ou l’incroyance, ou l’agnosticisme, ou l’athéisme : "Toute personne a droit à la liberté de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction (...)". On en est loin …

L’éducation coranique, exemple extrême, témoigne hélas à 99,99 %, que la liberté de conscience et de religion est symbolique …

 

« OBAMA traite politiquement les religions (…). Benoît XVI,  religieusement, partant de la recherche de la volonté de Dieu dans chaque situation » : il impose donc  son dieu anthropomorphique comme préalable, ce qui est incompatible avec « des conditions effectives de la paix ».

Tant que le droit à l’apostasie sera combattu, aucune coexistence ne sera possible entre croyants et a fortiori avec les incroyants … On n’en parle même pas …

 

La « tolérance » laïque, ce n’est pas l’indifférence laxiste. C’est l’acceptation non prosélyte de la différence enrichissante de l’autre. Ce n’est pas la volonté de « dissoudre les religions en les réduisant au silence (…) ». C’est au contraire celle de promouvoir l’autonomie et la liberté individuelle, plutôt que la soumission à un dieu et à des textes « sacrés », qui, cela va sans dire, resteront toujours légitimes et respectables.

 

Certes, la croyance et l’athéisme (qui n’en est pas une, mais une conception rationnelle) ne sont pas conciliables, mais cela n’empêche nullement que s’établissent des liens d’amitiés entre croyants et incroyants. A condition toutefois de renoncer à chercher à convaincre l’autre du bien-fondé de ses conceptions : on ne se convainc que soi-même, au contact des autres  …

Par exemple, un croyant ne reconnaîtra la nécessité d’une législation sur l’avortement ou l’euthanasie que s’il reconnaît, et donc se convainc, que la qualité de la vie doit primer sur le respect inconditionnel de principes religieux, d’ailleurs imposés. Il ne s’agit donc pas « d’hédonisme, de relativisme éthique (…) ou de laxisme ».

 

 

En effet, il y a toujours eu « manipulation idéologique des religions » : au-delà de l’influence de la crise économique de 1929, l’endoctrinement des nazis entre 1933 et 1940, par exemple, n’aurait sans doute pas été possible sans la soumission religieuse induite par leur éducation religieuse initiale. De même, leur absence de respect de la dignité humaine me paraît explicable par la piètre aptitude des religions à développer une conscience morale autonome et responsable. Cela s’applique bien sur à HITLER et à STALINE, qui ont subi également une influence religieuse : leur volonté de pouvoir idéologique, de devenir des « dieux »,  m’apparaît comme la simple transposition politique de la volonté des religieux de maintenir leur emprise sur les consciences …

 

Michel THYS

http://michel.thys.over-blog.org

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by mithys
commenter cet article

commentaires

LungTa 13/09/2009 07:57

La tolérance ne me semble pas une "bonne chose"
je sais cela parait provocateur, mais je vais m'expliquer
au delà de la célèbre phrase "qu'il y a(vait) des maisons pour cela" (je sais c'est d'un humour douteux) je pense que comme le pardon, elle positionne l'un des deux (à minima) protagoniste dans une position supérieure (qui lui permet de tolérer, ou de pardonner)
il me semble qu'il est plus constructif pour le groupe d'être dans le partage, celui qui admet la différence, mais qui se base aussi sur les besoins individuels et ceux plus universels qui sont protégés par une force (qu'on pourrait espérer non-violente) issue de la société

quand deux êtres de croyances différentes (pour moi l'athéisme repose sur une rationalité, mais n'empêche pas les croyances, qui sont inhérentes à l'humain) échangent, je pense qu'ils peuvent tout à fait admettre ces oppositions (pour autant en effet qu'elles ne soient pas imposées qui plus est avec force)

là où cela devient difficile c'est quand deux (ou plus) institutions discutent ensemble, car accepter la différence , c'est accepter qu'on ne possède pas la connaissance, la réponse absolue, or cela est déjà incompatible avec la notion de religion révélée (par Dieu) mais surtout c'est risquer de remettre en cause les institutions, leurs pouvoirs, leurs sources de pouvoirs (soumission et financement)

C'est pourquoi je pense que chacun est libre de ses croyances, qu'on peut croire en Dieu, mais que j'ai la croyance ;) que tant que des personnes croiront en Dieu il y aura TOUJOURS à minima une frange de ces croyants qui seront extrémistes et violents

espérant ne pas être trop confus ;)

chaleureusement

Frédéric :)