Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 10:14

 

> Signes religieux à l’école : les sikhs en appellent à l’ONU

22 juillet 2009, par Michel THYS   [retour au début des forums]
Au-delà de la question du port du turban sikh ...

La question du port du turban sikh soulève un problème fondamental. Réunir les modérés de tous bords autour d’un idéal de destin commun : tel est l’enjeu de ce 21e siècle. Encore faut-il définir cet idéal ... La laïcité, qu’elle soit politique ou philosophique, n’a pas pour but de créer un communautarisme majoritaire, mais au contraire de faire admettre et respecter des valeurs "universalisables", parce que bénéfiques à tous.

Mais comment concilier les croyances religieuses, fondées à des degrés divers sur la soumission, et l’agnosticisme ou l’athéisme, qui, loin d’être antireligieux, n’imposent rien et prônent seulement l’autonomie ? Le "Sacré" religieux, fondé sur la "Révélation", est-il conciliable avec ce qui, pour un laïque, est "sacré", dans le sens d’inviolable, c’est-à-dire d’abord le respect de la dignité de l’homme de la femme et de l’enfant, de leurs droits et de leurs libertés ?

La laïcité n’est pas devenue une croyance en l’absence de croyance, et pour cause : l’athée ne "croit" pas que "Dieu" n’existe pas. Il "pense", il estime, il conclut qu’il n’existe pas, ou qu’il n’existe que dans l’imagination des croyants. Un débat exempt de passions sur cette question, implique à mes yeux un préalable : que chacun ait le droit de choisir, aussi librement que possible, de croire ou de ne pas croire, ce qui remet évidemment en question le droit des parents, certes légitime mais unilatéral, à imposer leur religion à leurs enfants.

Un tel projet éducatif n’est concevable qu’en instaurant un système éducatif pluraliste qui offrirait à tous une information minimale, progressive, objective et non prosélyte, à la fois sur les différentes options religieuse ET sur les différentes options laïques.

C’est ma conception d’une saine neutralité : non plus passive, laxiste et hypocrite, mais active, par simple honnêteté intellectuelle. Mais l’opposition des religions est prévisible puisque les options laïques seront probablement privilégiées ...

Venons-en au turban des Sikhs. Le respect de la différentiation, le droit à la différence ont des limites : celles de valeurs inconciliables avec l’humanisme et donc constitutives des "discriminations" et du "choc des civilisations" qu’elles ne peuvent qu’accroître.

Les "traditions spiritualistes" sont certes respectables, dans la mesure où elles respectent les droits humains fondamentaux, mais elles ne peuvent avoir la prétention de s’imposer à la vue de ceux qui ne les partagent pas, en dehors donc de leur vie privée. En effet, les laïques sont en droit de se demander si ceux qui portent le turban, inféodés à des traditions d’un autre temps, sont susceptibles de s’adapter à la modernité et à notre conception de la citoyenneté. Les trois religions monothéistes et les sectes me paraissent bien plus intolérantes et génératrices de violence et de racisme que les rares "bouffeurs de curés" actuels ...

La véritable violation des droits de l’homme, me semble-t-il, c’est que notre Constitution ne garantit PAS la liberté de conscience et de religion, qui est plus symbolique qu’effective, puisqu’elle ne permet pas son émergence. De fait, il y a une corrélation évidente entre l’éducation religieuse, confortée par une milieu croyant excluant toute alternative, et la persistance de la foi : l’éducation coranique en témoigne hélas à 99,99 % ...

Les neurosciences l’expliquent par les traces neuronales que laisse cette éducation dans le cerveau émotionnel, ce qui anesthésie à des degrés divers le cerveau rationnel et donc l’esprit critique, indépendamment de l’intelligence et de l’intellect.

Le droit fondamental de l’être humain, selon moi, c’est celui de pouvoir s’émanciper des dogmatismes, quels qu’ils soient, et de s’épanouir par l’acceptation des différences, toujours enrichissantes, plutôt que par l’actuel communautarisme. Michel THYS http://michel.thys.over-blog.org

 

Michel Thys

24 juillet, à 11:41

Bonjour Monsieur Kudrat Singh Ménir,
Merci d'avoir réagi, fût-ce brièvement, à mon point de vue concernant le turban sikh. Cela m'a donné l'occasion déjà de découvrir l'un de vos textes dans France démocrate.

Je voudrais dire d'abord que le respect et la promotion de l' Egalité (des droits et des devoirs) vont de pair, à mes yeux, avec ceux de la Liberté et de la Fraternité (ou au moins de la Solidarité).
Je pense, comme Jean MONOD et vous-même, que "l'enjeu de l'existence de l'espèce pourrait bien résider dans l'écart risqué entre ses membres", puisque l'acceptation de la différence est source d'enrichissement mutuel, et, hélas, inversement.

Il faut craindre en effet "l'homogénéisation des modes de vie et de pensée" (même si je ne les place pas sur le même plan) : la pensée tend à devenir "unique", notamment sous l'influence des mediia, de la globalisation tous azimuts, mais aussi je le crains, du fait des interventions des religions dans l'espace public en vue de réimposer leur Vérité excliusive, en réaction à la laïcisation croissante de nos sociétés.

Les " modes de vie" me paraissent, eux, relever de la vie privée, comme toutes les traditions, qu'elles soient ou non religieuses.
Ce qui m'inquiète dans toutes les traditions, c'est que, par définition, elles n'évoluent pas, ne s'adaptent pas, ou quasi pas, alors que nous vivons de plus en plus dans un monde de pluralité des cultures et des convictions. Le cas de l'islam est flagrant : même s'il existe des divergences de vues et des dissensions en son sein : la soumission au coran, à la sunna, etc ... reste irrémédiable avant au moins un siècle ...

Vous en conviendrez sans doute : vouloir, de nos jours, imposer une Vérité absolue et exclusive, est suicidaire : la "vérité" me semble au contraire devoir être personnelle, partielle et donc provisoire.
Ce que j'apprécie dans la franc-maçonnerie adogmatique (GOdF, GOB, DH; GLFF, GLFB surtout), c'est que, précisément, on y privilégie la diversité des opinions, on ne cherche pas à convaincre ou à avoir raison : au contraire, chacun(e), au contact tolérant avec la "vérité" des autres, cherche à se forger la sienne, toujours révisable, comme en sciences.
Je regrette donc que la franc-maçonnerie "régulière", anglo-saxone, impose la croyance en dieu, grand architecte de l'univers, même si "c'est un symbole"...

Entendons-nous bien : je ne conteste évidemment pas le droit, légal, de
porter en public des symboles religieux et culturels, tant qu'ils ne dépassent pas une certaine limite (celle de la liberté des autres d'en être dérangés), mais je crains, bien que vous soyez une exception, que l'attachement à un turban, par exemple, soit, pour la plupart, révélateur d'un respect inconditionnel à des traditions d'un autre âge, et donc difficilement compatibles avec l'actuelle évolution des esprits et des mentalités.

Cordialement,
Michel THYS

 

Kudrat Singh Ménir

Ajouter comme ami(e)

25 juillet, à 22:01

Signaler ce message

Cher Monsieur

Me devise est "vivre et laisser vivre".. De mon côté il est trop tard pour y ajouter quelque chose et tenter de revenir dans ce débat. J'ai été privé de parole , plus que vraisemblablement boycotté par les média, et traité comme un dissident durant ces six années. J'attends donc maintenant le décision du Comité des Droits de l'Homme de l'ONU et me chercherai ensuite si besoin est une société d'accueil plus tolérante.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by mithys
commenter cet article

commentaires